Pilule sans ordonnance: les médecins américains mettent la pression

Il y a un an, le Collectif de pharmaciens et le Planning familial ont lancé une pétition pour demander à plusieurs laboratoires pharmaceutiques de prendre leurs responsabilités. Comment ? En déposant  auprès de l’Agence du Médicament Français des demandes d’autorisation pour la pilule sans ordonnance. Cette demande ne venait pas de nulle part. Elle s’inspirait des recommandations d’une société savante (l’ACOG, le Collège des gynécologues américains) en 2013 et du travail d’une association (Ibis Reproductive Health) pour libérer la pilule (FreeThePill.com).

Le Collectif de Pharmaciens avait aussi été sensible au mouvement de libération de la pilule, enclenché par le Planning Familial dans différents pays, et s’étendant progressivement à travers le monde. Californie, Oregon, Nouvelle Zélande, Tennessee… Depuis 2016, la liste des Etats de l’OCDE libérant la pilule s’est allongée rapidement. Avec le soutien du planning familial qui qualifie la pilule sans ordonnance “d’avancée importante et complémentaire pour l’accès des femmes à la contraception”,

D’autres sociétés savantes et associations représentant des professionnels de santé ont également rejoint l’avis de l’ACOG et ont demandé l’accès à une pilule sans ordonnance. Comme l’Association américaine des Médecins de Famille (AAFP), l’Association des Pharmaciens Américains (APhA) ou encore le Syndicat des Pharmaciens Irlandais.

Une nouvelle étape vient d’être franchie le week-end dernier. Des délégués de la prestigieuse American Medical Association  (AMA) ont décidé de mettre au vote, ce week-end, une résolution pour demander aux laboratoires pharmaceutiques de déposer des dossiers d’AMM auprès de la FDA (L’Agence Américaine du Médicament).

Soit exactement la demande conjointe du Planning Familial et du Collectif de Pharmaciens faite l’année dernière dans leur pétition #LiberezMaPilule :

“Par ce courrier, nous vous demandons de vous engager publiquement à déposer auprès de l’ANSM ou de l’Agence Européenne (EMA) un dossier d’autorisation d’AMM pour une pilule progestative sans ordonnance avant le 8 mars 2018, Journée Internationale des Droits des Femmes.”

L’AMA est la plus importante association de médecins et d’étudiants en médecine des États-Unis.L’association publie le Journal of the American Medical Association (JAMA). Ce journal médical a la plus large diffusion parmi l’ensemble des journaux médicaux du monde. Le but de l’AMA est de promouvoir la science médicale pour améliorer la santé publique. Et cette prestigieuse Association s’apprête à imiter d’autres sociétés savantes et à s’aligner sur la demande du Planning ou du Collectif Pharmaciens pour une raison simple que nous sommes nombreux à marteler désormais : Aucune donnée clinique ne justifie de garder ce médicament sous prescription et d’atteindre ainsi à la liberté des femmes d’avoir accès à ce médicament sans ordonnance.

Les opposants vont devoir se faire une raison.  La pilule sans ordonnance sera prochainement une réalité en France. Leur opposition les classe aujourd’hui parmi les #FakeMed. Et j’ai une mauvaise nouvelle pour eux. Sur le moyen-long terme, la science gagne toujours. Leur seule réussite sera de nous faire perdre notre temps.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.